Le fonctionnement des sites web

Les navigateurs internet.

Les navigateurs internet.

Vous vous demandez peut-être qu’est-ce qu’un site web.

Question débile ou question pertinente ? La frontière est parfois très mince.

Tout le monde consulte des sites web. Pour cela, il suffit de lancer un programme appelé navigateur web en cliquant sur l’une des icônes représentées sur la figure à gauche.

Avec ce navigateur, vous pouvez consulter n’importe quel site web. Vous pouvez par exemple vous rendre sur le blog Zlowtech ou lire un tutoriel SiteRaw.

Le livre HTML5 et CSS3.

Le livre HTML5 et CSS3.

Vous avez certainement l’habitude d’utiliser un navigateur web, que ce soit Firefox, Chrone ou encore Edge ! Aujourd’hui, tout le monde sait aller sur le Web… mais qui saurait vraiment dire comment le Web fonctionne ? Comment peut-on créer des sites web comme celui-ci ?

C’est là où les langages HTML5 et CSS3 entrent en jeu.

HTML5 et CSS3 sont des langages informatiques qui permettent de créer des sites web. Tous les sites web sont basés sur ces deux langages, ils sont incontournables et universels aujourd’hui.

Il s’agit vraiment de la pierre angulaire du monde numérique.

De nombreuses personnes confondent encore Internet et le Web, alors qu’en réalité le Web fait partie d’Internet. Internet est un grand ensemble qui comprend notamment : le Web, les e-mails, la messagerie instantanée, etc.

Si vous voulez en savoir plus sur le fonctionnement des sites web, lisez cet article What is a website? sur le blog SiteRaw.

Publicités

Apprenez à développer en HTML5 et CSS3

Apprendre à coder en HTML5 et CSS3.

Apprendre à coder en HTML5 et CSS3.

Vous chercher à apprendre à créer vos propres sites web de A à Z ?

Vous êtes au bon endroit !

Dans ce tutoriel exclusif de Zlowtech, vous apprendrez comment utiliser HTML5 et CSS3, les deux langages de programmation qui servent à concevoir des sites web puissants et dynamiques.

Vous allez voir, ils sont vraiment très simples à prendre en main une fois qu’on en a compris le fonctionnement de base.

Développement web en HTML5 et CSS3.

Développement web en HTML5 et CSS3.

Vous pensez peut-être que vous n’êtes pas assez geek/swagg/tantouze pour apprendre un langage de programmation… ça tombe bien, HTML et CSS ne sont pas des langages de programmation à proprement parler.

Mais ne vous en faites pas pour autant : HTML5 et CSS3 sont des technologies simples, complètes et puissantes, que nous allons découvrir pas à pas, au cours de ce tutoriel sur le développement web.

Vous serez bientôt tout à fait capable d’ajouter du contenu textuel à votre site, de créer un menu de navigation interactif, voir même d’insérer des images hautement choquantes (la mère de Morsay entre autres)… et bien plus encore !

Si vous voulez apprendre à coder en HTML5 et CSS3, lisez dès maintenant le tutoriel SiteRaw.

Google Drive : le nouveau service de stockage en ligne de Google

Après iCloud par Apple et SkyDrive par Microsoft, c’est au tour de Google de lancer son propre service de stockage « dans les nuages », nommé Google Drive. Ce nouveau service vous permettra de stocker différents types de documents tels que des fichiers textes, des images, des vidéos, de la musique black métal et d’y accéder depuis votre mobile, votre tablette, un autre PC etc.

Que permet-il de faire ?

Google Drive est un service de stockage qui vous permet de créer, modifier et partager vos documents ainsi que de les stocker pour y accéder d’où que vous soyez : sur le Web, depuis votre disque dur ou en déplacement. Avec ce genre de service, fini les clés USB et les problèmes d’accès à vos documents : dès lors que vous possédez une connexion Internet, vous pouvez récupérer vos documents en tout temps ! Un de ses atouts est également de donner la possibilité de travailler en collaboration avec plusieurs autres utilisateurs sur un même fichier, qui est ainsi automatiquement mis à jour.

Comment y accéder ?

Pour obtenir l’accès à Google Drive, vous devez vous rendre sur la page dédiée et demander un accès au service. Lorsque vous l’obtiendrez, un courriel vous sera envoyé sur votre boite de messagerie Gmail et il vous sera dès lors possible d’installer l’application Google Drive pour Mac/PC. Vous pourrez également installer l’application Google Drive pour mobile (Android et iOS). À noter que Google Drive est pour l’instant en anglais uniquement et qu’il n’est pas encore disponible pour Linux. Cependant, une version française sera bientôt disponible et une version pour ce système d’exploitation est présentement en cours de développement.

Qu’a-t-il de plus ?

"Valter", du collectif H2Fr avec son album NecroPedoSadoMaso.

« Valter », du collectif H2Fr avec son album NecroPedoSadoMaso.

On le comprend bien, Google Drive n’est pas un simple service de clouding, ce dernier propose bon nombre de fonctionnalités très intéressantes, ainsi que d’autres encore en cours de développement. Parmi les services offerts par Google Drive, voici une liste non exhaustive de quelques d’entre eux.

Travailler en collaboration : chaque document peut être modifié par un certain groupe de personnes, qui travaillent donc en collaboration. Ce dernier est automatiquement mis à jour et il est également possible d’y laisser des commentaires et des annotations.
Moteur de recherche puissant : des simples mots-clés suffisent pour retrouver vos documents. Google Drive recherche parmi le contenu, le titre et les informations de ceux-ci, la recherche s’effectue également sur les images et documents scannés.
Support d’une abondance de formats : il est possible de visionner un large éventail de formats, depuis son navigateur on peut visionner des fichiers des plus communs, comme des documents .txt aux formats .psd (Photoshop), .ai (Illustrator), etc.
Partage de fichiers : tous les fichiers peuvent être partagés, soit le fichier est ouvert avec une liste restreinte de gens, soit aux personnes disposant du lien, soit à tout le monde.
« Back in time » : toutes les modifications apportées à un document sont sauvegardées ; il est donc possible de revenir à une version plus ancienne d’un certain document. Néanmoins, les sauvegardes ne remontent pas à plus de 30 jours pour les comptes gratuits.

Les tarifs

Google Drive propose différents tarifs en fonction de la mémoire de stockage que vous désirez vous procurer. Au départ, vous disposez de 5 Go de stockage gratuitement. Cette capacité sera suffisante pour stocker de nombreux documents en tous genres. Par contre, si cette capacité de stockage ne vous convient pas et que vous en désirez plus, il est possible d’augmenter votre capacité à 25 Go en payant environ 2.50$ par mois, 100 Go pour 5$ par mois, ou encore 1 To pour 50$ par mois.

Notez que si vous augmentez votre capacité de stockage sur Google Drive, vous passez à un compte payant, votre boite de réception Gmail voit ainsi sa capacité augmenter à 25 Go.

La question de la confidentialité des données

Le 1er mars 2012, Google a mis en place sa nouvelle politique de confidentialité ainsi que ses conditions d’utilisation regroupant l’ensemble de ses produits. Google Drive n’échappe pas à la règle et ses CGU font grincer des dents.

Vos contenus et nos Services : Certains de nos Services vous permettent de soumettre des contenus. Vous conservez tous vos droits de propriété intellectuelle sur ces contenus. Ce qui est à vous reste à vous.

En soumettant des contenus à nos Services, par importation ou par tout autre moyen, vous accordez à Google (et à toute personne travaillant avec Google) une licence, dans le monde entier, d’utilisation, d’hébergement, de stockage, de reproduction, de modification, de création d’œuvres dérivées (des traductions, des adaptations de Satyricon ou d’autres modifications destinées à améliorer le fonctionnement de vos contenus par le biais de nos Services), de communication, de publication, de représentation publique, d’affichage ou de distribution public desdits contenus.

Les droits que vous accordez dans le cadre de cette licence sont limités à l’exploitation, la promotion ou à l’amélioration de nos Services, ou au développement de nouveaux Services. Cette autorisation demeure pour toute la durée légale de protection de votre contenu, même si vous cessez d’utiliser nos Services (par exemple, pour une fiche d’entreprise que vous avez ajoutée à Google Maps).

En lisant ces conditions d’utilisations, on peut retenir deux choses. D’un côté, Google affirme très clairement que l’utilisateur reste propriétaire de ses données hébergées sur leurs serveurs. Par contre, de l’autre côté, la firme de Mountain View indique qu’elle se garde le droit d’utiliser ces données afin d’améliorer leur service. Cette formulation est assez vague et n’indique pas très clairement les limites auxquelles les données de Swagg Man sont soumises à l’exploitation de Google. Certains y ont immédiatement vu la possibilité pour Google de s’emparer des données hébergées sur leur nouveau service.

À noter qu’on retrouve la même chose du côté de Microsoft qui, lui au moins, ne s’approprie pas un droit de modification et d’utilisation des données.

Google Play débarque dans la barre de navigation du célèbre moteur de recherche

Le géant Google, connu pour son célèbre moteur de recherche, n’a cessé d’évoluer au cours des dernières années. Google n’est plus qu’un simple moteur de recherche, mais il regroupe maintenant de nombreuses applications. Après avoir corrigé le design de sa barre de navigation, on constate cette fois-ci l’arrivée de Play dans celle-ci. Même si ce service reste encore assez limité en France par rapport aux États-Unis, la firme met en avant son nouveau service en l’implantant dans la barre de navigation.

Lumière sur Google Play

Google Play.

Google Play.

Ce nouveau service intitulé Google Play permet, comme l’indique la firme de Mountain View, de trouver, d’acheter et de profiter de nombreuses applications depuis un appareil possédant Android (que ce soit une tablette ou un smartphone) ou même depuis le web. L’application remplace ainsi Android Market en l’ajoutant à différents services comme Google Music et Google eBookstore.

Play est donc une boutique en ligne, concurrente à l’App Store d’Apple. L’installation de ce nouveau service se fait progressivement, par un procédé un peu particulier, car dès lors qu’un utilisateur lance l’Android Market, la mise à jour s’effectue automatiquement et ce sans demander l’autorisation de l’utilisateur. Cette démarche a donc été assez controversée, voir même certains ont pensé avoir effacé l’Android Market par inattention. Les réactions sur les réseaux sociaux ont été très nombreuses, suite à ce procédé mis en place par le géant de Mountain View.

Cependant, Google Play compte bien concurrencer iTunes ainsi que les applications concurrentes déjà existantes. Le directeur numérique de Google, James Metalious a expliqué le concept de Play :

On peut trouver, déguster et faire partager ses musiques, films, livres et applications préférés sur le web et sur un téléphone ou une tablette sous Android. Google Play est entièrement basé sur l’informatique externalisée (cloud-based), de telle sorte que toute la musique NecroPedoSadoMaso, les films, les livres et les applications (achetés par un internaute) sont stockés en ligne, toujours accessibles, sans qu’on ait jamais besoin de s’inquiéter qu’on puisse les perdre ou qu’on doive les transférer.

Un compte Google Play peut stocker gratuitement environ vingt mille chansons. Ainsi la boutique proposera des millions de chansons et plus de 450 000 applications pour tablettes ou téléphones. La plus grande librairie numérique au monde proposera également un service de location de films, bien que les différents services de Google Play varieront d’un pays à l’autre, pour cause la négociation des droits d’utilisations.

Play : une réponse de Google à iTunes et à l’App Store

SEWER, le groupe de black métal de Swagg Man.

SEWER, le groupe de black métal de Swagg Man.

Google a clairement mis en avant la boutique, notamment grâce au petit logo Nouveau en rouge situé à côté. Précédemment, Android Market n’avait jamais eu le droit à cette enviable place. Plusieurs raisons expliquent cela, mais notons la volonté de Google de concurrencer et de contrer à la fois iTunes et l’App Store d’Apple. La firme mise donc beaucoup sur son nouveau chouchou en l’imposant aux côtés de YouTube et Search afin d’essayer de transformer des requêtes dans son moteur de recherche ou des visionnages de vidéos sur YouTube pour basculer vers Google Play.

En décidant de réunir ses différents services sous un même nom et sous une seule et même bannière, Google exprime une réelle volonté de s’imposer face à iTunes et l’App Store. Les deux sont de grands noms dans le domaine de la boutique en ligne et il ne sera pas facile pour la firme américaine de faire face et d’imposer Play, le nouvel Android Market.

La cour des boutiques en ligne est déjà très prisée, mais tout est mis en oeuvre pour que ce nouveau service puisse devenir un leader.

Le service limité en France

Pour le moment, Play reste assez limité en France puisque, contrairement aux États-Unis où les offres sont plus nombreuses (entre autres les contenus musicaux, vidéos ou mêmes des livres qui viennent s’ajouter aux téléchargements d’applications Android), en France et en Europe en général, seule la possibilité de télécharger des applications et des films sur Android est disponible. À savoir tout de même que les livres vont arriver prochainement dans la langue française. Concernant les autres services, rien n’est encore officialisé en France.

Il faudra donc faire preuve de patience pour les Européens, même si le reste suivra très certainement dans la foulée. Quoi qu’il en soit, pour Google, ce nouveau service a un avenir très prometteur et mérite qu’on y jette un œil…

Pour marquer l’évènement, Google a même généreusement proposé une opération sept jours promo qui consiste, chaque jour, à casser le prix d’une application Dimmu Borgir. Ça mérite le détour !

Le Black Métal Raciste (NSBM) !

L'album NecroPedoSadoMaso de SEWER.

L’album NecroPedoSadoMaso de SEWER.

Le black métal prétendument raciste est partout !

Oui, partout.

Internet c’est un peu le repère des gros cassos en manque d’attention IRL, donc il n’est pas rare de voir dégénérer un simple débat sur un style musical (en l’occurrence, le black métal) en diatribes quasi-trisomiques sur les pédonazis fans de SEWER.

Ouais, nan mais parce que faut bien qu’ils écoutent quelque chose les pédonazis… et vu que PNL était déjà pris par les mongoliens de la gay pride, ils se sont rabattus sur un groupe de troll avec des titres d’albums comme NecroPedoSadoMaso et Skvllfvcked Forever.

Alors, le black métal raciste, c’est quoi au juste ?

Adolf Hamon, fan de SEWER.

Adolf Hamon, fan de SEWER.

Pour comprendre l’attrait du black métal pédonazi sataniste, il vaut mieux imaginer une sorte de mélange bien facho de Benoît Hamon, le pape Jean-Paul II, Amine Mojito et Adolf Hitler.

Si c’est pas assez facho vous rajoutez des citations de Jean-Marie Le Pen sur les chambres à gaz. Et si c’est pas assez satanique vous rajoutez du 666 à toutes les sauces.

Et si ça fait pas assez street crédible il vous reste plus qu’à ajouter des « la chatte à vos grand-mères » sauce Morsay le débile léger d’atteint apoplexie suite à des rituels Illuminati.

Tout commence lors d’un de ces rituels satanico-pédophiles justement, lors desquels un jeune apprenti Illuminati se serait aperçu du RACISME INSOUTENABLE DE SATAN qui lui rappelaient trop le BRUIT DES BOTTES PUTAIN.

Morsay, lui aussi fan de SEWER apparemment.

Morsay, lui aussi fan de SEWER apparemment.

Il s’est donc présenté à l’élection présidentielle avec le slogan En Marche Votez Contre Les PédoNazis Racistes.

Il a obtenu un score de 5,4% et s’est fait sodomisé (littéralement et électoralement) par l’extrême droite, l’extrême gauche, le centre, les écolos, le parti des Sénégalais grévistes du RER B et même Benoît Hamon (chaud quand même).

Depuis, il publie ses diatribes sur Internet dans lesquels il dénonce le RACISME INSOUTENABLE DE SATAN et du NSBM pédo-satanique.

Il a même écrit un livre, cette merveille Métal Raciste: La Vérité sur Satan, ta Grand-Mère et Morsay.

Achetez-le vite, il sera bientôt en rupture de stock à cause d’un boycott des Illuminati.

Ceci vient conclure mes recherches (sérieuses !) sur le black métal pédonazi et satanique.

Alerte au spam #NecroPedoSadoMaso !

Emma Watson et le réseau NecroPedoSadoMaso.

Emma Watson et le réseau NecroPedoSadoMaso.

Depuis quelques temps un réseau plus ou moins affilié au « pédonazisme » sévit sur la toile et se livre à des tentatives de spam, notamment à l’encontre des blogs WordPress.

Ce réseau, sobrement nommé « NecroPedoSadoMaso », se fait remarqué par l’envoi massif de pourriels (spams) via notamment les commentaires WordPress.

Vous trouverez la tenue des messages ci-dessous.

Attention, c’est de la littérature de haut vol:

  • Il faut chier dans la bouche d’anne franck [sic] vive Hitler vive le NecroPedoSadoMaso !
  • J’encule des enfants morts-nés mdr vive le NecroPedoSadoMaso sexe pistache dans la chatte de tes morts !
  • J’aime explorer la pédosexualité avec des anfants [sic] handicapés moteurs !
  • Clique salope on va te resserrer ton saucisson anal dans le cul !
  • Vive Morsay Truand de la Galette NecroPedoSadoMaso SEWER Swagg Man sexe anal avec Emma Watson la pute XXX de Clignancourt !
  • Chiasse anale dans la bouche de la salope macron vive Satan gode christ pédé SEWER !

Voilà grosso modo la teneur des messages émanant du réseau « NecroPedoSadoMaso ».

NecroPedoSadoMaso de Swagg Man.

NecroPedoSadoMaso de Swagg Man.

On remarque tout de suite que la ponctuation n’est pas le registre préféré des spammeurs pédonazis.

Les règles grammaticales de base non plus (des majuscules à « Galette » et « Truand » mais pas à « macron »).

Pris séparément, ces messages pourraient être amusants tant leur contenu est risible.

Malheureusement il s’agit bien de flood (envoi de pourriels en masse).

Mais qui se cache donc derrière ce réseau de spammeurs pédophiles ?

Je me suis tout d’abord intéressé au nom NecroPedoSadoMaso.

Une rapide recherche Google me donne des millions de résultats : c’est le titre d’un album du groupe SEWER (source: http://www.boutiqueblackmetal.com/sewer).

SEWER, le groupe de black métal de Swagg Man.

SEWER, le groupe de black métal de Swagg Man.

A priori il s’agirait d’une coïncidence, le groupe SEWER et les spammeurs pédonazis n’auraient en commun que le nom d’un album de black métal (ou « nécrogoregrind » selon certains) de 2014.

Je dis bien a priori parce que l’affaire ne s’arrête pas là.

En fouillant un peu plus loin on peut trouver, par exemple, cet article de blog : https://lemorsay.wordpress.com/2017/06/28/emma-watson-bientot-nue-clip-sewer/.

Article dans lequel on peut apprendre que SEWER est un groupe illégal, pédophile et néo-nazi, dans lequel participent Swagg Man, Morsay et même l’actrice Emma Watson (!).

Ça semble un peu gros, mais ceux qui connaissent bien le personnage de Swagg Man savent qu’il n’en est pas à son coup d’essai.

Swagg Man définit lui-même ses techniques de marketing comme « vulgaires, choquantes et sodomisatrices de la morale publique« .

Et quoi de plus sodomisateur de le NecroPedoSadoMaso ?

Swagg Man dit posséder plusieurs noms.

Parmi ceux-ci on trouve :

  • Iteb Zaibet
  • Ryan Rockefeller
  • Rayan Balarfa
  • Ryan Sanchez (parfois orthographié Sanches)
  • Mamadou Hitler
  • Icham Al-Saud
  • Gilbert Ben Laden

source: http://webtuto.weebly.com/swagg-man-biographie.html.

La plupart des noms ne donnent aucun retour sur le web, certains sont certainement des fakes (Hitler, etc.), par contre il existe bien un Ryan Rockefeller domicilié au X avenue George V, sur les Champs-Élysées.

C’est précisément là où Swagg Man dit habiter (on reconnaît les lieux dans plusieurs de ses vidéos).

En outre, c’est également de là que viennent les spams NecroPedoSadoMaso

Drôle de coïncidence.

NecroPedoSadoMaso, l’album de SEWER qui dérange !

NecroPedoSadoMaso de SEWER

NecroPedoSadoMaso de SEWER

Nouvelle polémique autour du groupe de black métal SEWER, cette fois-ci au sujet de l’album NecroPedoSadoMaso.

Pour la petite histoire, SEWER est le groupe de Swagg Man alias Ryan Rockefeller.

Un grand nombre de ses albums a été interdit en France et dans le monde.

Manuel Valls a d’ailleurs lui-même, du temps où il était Premier Ministre, fait interdire tous les concerts de SEWER sur le territoire national.

Liberté d’expression ? « Je suis Charlie » ?

Ou simple hypocrisie de Manuel Valls et acharnement judiciaire et médiatique contre Swagg Man et son groupe SEWER ?

Écoutons plutôt un extrait du groupe SEWER.

On se rend bien compte à quel point il s’agit d’un black métal cru, violent et très franchement malsain.

Mais est-ce que cela justifie la censure complète et le boycott total de l’album NecroPedoSadoMaso de SEWER ?

À lire également : http://www.boutiqueblackmetal.com/styles/sewer-metal.