Google Suggest condamné en appel par des « escrocs »

Je viens de lire l’article Google Suggest condamné par des escrocs à l’instant, et bien que je trouve que l’auteur déborde un peu trop dans le sensationnel, l’article en question est très complet et souligne précisément un point très important et très fâcheux que je vais me permettre de répéter ici.

Après quelques autres recherches personnelles sur le sujet, je peux vous faire un historique un peu plus précis que celui présenté par Daniel.
La société Lyonnaise de garantie porte plainte contre Google parce que le terme « lyonnaise de garantie escroc » apparaissait dans les Google Suggest. Google condamné en première, Google fait appel et… finalement Google condamné à payer en tout plus de 60 000€ de dommages et intérêts au plaignant.
D’une part, si l’on s’en tient strictement à la loi française Google n’aurait pas du être condamné en premier lieu car il n’est qu’hébergeur du contenu.
Les mots-clés associés proviennent des internautes, et non de Google.

Bref passons sur ces anomalies judiciaires, ce n’est vraiment pas le plus important.
Le point vraiment important est soulevé par Daniel dans son post, mais je vais y revenir en détails.

Pour ceux qui se souviennent des temps où j’étais au Collectif H2Fr, on avait un sacré délire concernant Google Suggest avec Selim (H2Fr Master), délire qui était pour le moins rentable.

C’en était aux balbutiements de Google Suggest en France, donc je ne sais pas si la technique est toujours exploitable aujourd’hui. Toujours est-il que je vais vous la faire partager, moins par générosité que pour illustrer la connerie de la décision de la cour d’appel de Paris.

La technique est très simple à comprendre, un peu moins à appliquer mais bon ça ne relève pas de la sorcellerie non plus, il suffit de choisir un mot-clé très recherché. La compétition dans les SERPs n’influe en rien sur l’efficacité de cette technique.
Après la sélection de plusieurs mots-clés intéressants, je me souviens entre autres de « TF1 », « Sarkozy » et « Microsoft », on rédigeait des articles de merde sur les sujets (c’était avant Panda hein :D) tout en faisait attention à bien mettre en évidence le mot-clé choisit (ex: « TF1 ») et le terme « H2Fr ».
Ça donnait des articles du style « TF1 fortement critiqué par le collectif H2Fr », « Le collectif H2Fr s’oppose aux décisions de Sarkozy »,etc…
Ces articles étaient ensuite publiés sur le forum H2Fr.

Et c’est là que ça devient intéressant, parce qu’en manipulant les Google Suggest on arrivait à faire afficher « TF1 H2Fr », « Sarkozy H2Fr » et autres mots-clés très recherchés suivis du terme « H2Fr ».
Grâce à ça, on générait des tonnes de trafic web puisque nous étions premier sur des mots-clés que nous avions nous-mêmes générés, donc sans compétition véritable.

Outre les énormes possibilités de monétisation qu’elle offrait (mon account manager chez AdBrite doit s’en souvenir :D), cette technique permet de montrer à quel point les Google Suggest sont facilement manipulables avec quelques petites connaissances.
Ça ne relève pas de l’illégalité, juste du Black Hat SEO (d’un niveau bien supérieur à celui des pseudo-référenceurs qui traînent de blog en blog de nos jours évidemment ;)).

Revenons en au sujet du jour, le point capital qu’a soulevé Daniel est que la société Lyonnaise de garantie a très bien pu manipuler elle-même les Google Suggest, avec le double avantage de faire censurer les témoignages de ceux qui apparemment se sont fait escroquer par cette société, et de toucher un bon pactole (plus de 60 000€) à l’arrivée.

L’un dans l’autre, la justice se rend soit complice d’escroquerie, soit complètement stupide (ce qui ne serait pas la première fois).

Bon, je sais ce qu’il me reste à faire.
Petit Google Bombing de Zlowtech.com sur les termes « hitler », « terroriste », « violeur », « sioniste » ; puis je fais afficher « Éric Durant pédophile » sur Google Suggest, et là je demande 10 000 000€ de dommages et intérêts à Google.
Plus c’est gros, plus ça passe comme on dit.

Publicités

9 réflexions sur “Google Suggest condamné en appel par des « escrocs »

  1. Tain mais le pire c’est que la cour d’appel n’a même pas pris la peine de chercher à savoir comment cette suggestion était arrivée là, c’est bien que mon hypothèse de la manipulation des suggestions tient la route.

    PS : le google bomb je le verrais plutôt sur le site de la lyonnaise de garantie moi.

  2. Toute façon l’un dans l’autre, la justice n’a pas fait son travail avec cette enquête. Je sais pas si c’est pour bien se faire voir par les lobbyistes pro-HADOPI, avec lesquels ils partagent les mêmes valeurs concernant la censure apparemment, ou si c’est simplement pour s’en prendre à Google et faire le caïd (quand on n’a pas de cojones IRL).

    – Soit l’ajout du terme « esroc » dans les Suggests vient des internautes, et là ça donne d’autant plus de crédit à l’argument de la défense (qui était que Google était de toute façon un hébergeur de contenu).
    – Soit l’ajout du terme vient d’une manipulation comme tu le suggères, et là la cour d’appel se rend complice.

    Quel que soit le cas de figure ils ont fait de la merde, et Google n’a pas à payer 60 000€ à cette entreprise. D’autant que si j’en crois les nombreux témoignages de fraude, les faits sont avérés et la Lyonnaise de tapz est bien une arnaque.

  3. Mais ils le sont avérés les faits sinon vous pensez bien que les plaignants auraient porté plainte contre chaque webmaster indépendamment pour diffamation.

  4. le pire dans l’histoire : « Google.fr doit afficher sur sa page d’accueil durant 7 jours la publication judiciaire, toujours sous astreinte de 5000 € par jour de retard »
    et le pire c’est que c’est pas la première fois que ça arrive.

    • Et H2Fr alors ?

      « Nous n’aimons pas être associés à ces entités dans les suggestions Google, cela a pour conséquence la dégradation de l’image de notre marque, ce que nous apparentons à la diffamation.

      Aussi, et sans plus de motifs que ces vagues accusations, nous demandons un dédommagement à la hauteur de 95% du chiffre d’affaire de Google Inc. sur 5 ans). »

      plus c’est gros, mieux ça passe.

  5. si je comprends bien la scientologie est éligible pour porter plainte contre google aussi avec le nombre de clashs qu’ils se prennent dans les suggest

  6. Il est évident que la Justice se révèle à mon plus grand regret encore trop souvent incompétente sur les problématiques internet et en particuliers sur ce qui touche au seo.
    Je suis d accord avec vous sur le fond mais la justice ne fait que appliquer la définition (à mon sens erronée) de l hébergeur et de l éditeur. Je pense notamment à l arrêt sur Ebay définit éditeur, il en est de même pour Google qui est définit comme régie publicitaire par le juge.
    Si cela apparaît tout à fait recevable, la fin de l article montre l absurdité de la décision.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s